Les années 1990 ont façonné un nouveau ''citoyen''. Après trois décennies (1960-80) de luttes frontales entre les différents acteurs politiques, la société des individus a pris le pas sur la collectivité. De cette mutation ont émergé des espaces où les intérêts personnels sont devenus la seule référence poinçonnant le vécu communautaire.​.

Dans le Maroc de 1996, qui n'a fait que se consolider, les individus/citoyens sont mus par des intérêts personnels. Ce qui  les engloutit dans la recherche constante  et marginale du gain rapide et sans efforts. Ce qui aliène leur propension à la communauté  de destin, ou plutôt toute propension communautaire.

La recherche constante et marginale du gain rapide et sans efforts  a ainsi aliéné toute propension à la citoyenneté objective, consciente de son appartenance identitaire. Cette subjugation du profit rapide est le résultat d'une série de facteurs liant le politique défaillant au social démissionnaire, en passant par la lutte de clans et d'intérêts catégoriels.


Le Maroc du 3è millénaire, tel qu'il s'annonçait en cette phase historique du Maroc moderne, semblait - semble toujours - imperceptible, tant le futur est inintelligible, le bien-être collectif inscrit à l'ordre illusoire et le respect des valeurs démocratiques un tour de passe-passe pour gente bien inspirée...

Astuces de feu

LIVRE ÉPUISÉ

Le_Maroc_des_Chimères.jpg