Formes biologiques sauvages

FOCUS
L 'info autrement...

Aucun vaccin ne résiste à Omicron ...

Dernière mise à jour : 28 avr.

C'est la conclusion de la dernière recherche scientifique en matière de vaccin, alors que le PDG de BioNTech, Ugur Sahin, estime que « Même les triples vaccinés sont susceptibles de transmettre le Covid-19 »



Par Najib BENSBIA - On nous assomme l'ouïe et on nous désarticule la conscience avec cet aphorisme assourdissant signifiant que seul le vaccin nous protègerait contre le Covid. Au point que nous sommes devenus allergiques à tout ce qui vient de l’autorité, qu’elle soit politique, scientifique, médicale ou simple vigile. Or, la récente recherche scientifique, dont les résultats viennent d'être connus, ainsi que les déclarations de hauts responsables de deux des principaux laboratoires, BioNtech et Pfizer, remettent sérieusement en question l'immunité procurée par tous les vaccins.


Lorsque le Covid a pointé en Europe puis un peu partout dans le monde, certains Etats – en fait quasiment tous – ont confiné les populations locales, fermé les frontières nationales et soumis leurs ressortissants à toutes les privations de liberté possibles et imaginables. Puis, dans la foulée, ces Etats ont décrété que les relations sociales et humaines devaient être réduites au minimum, l'extrême et accablant minimum. Chemin faisant, les gouvernants, loués soient-ils (merci Debray encore !) ont redoublé d'imagination, en faisant croire à leurs concitoyens qu'ils sont de nouveau libres mais pas beaucoup ou passionnément, juste ce qu'il faut pour qu'ils restent contrôlables à l'envi, à condition bien sûr de se faire piquer 2 puis 3 fois pour devenir de bons et disciplinés citoyens.


Nous en sommes là ; ni tout à fait libres ni totalement prisonniers de nos espaces exigus/contigus, histoire de nous avoir dans la mire à la moindre dérive, du moins ce qu'ils estiment - nos gouvernants bénis sont-ils - être une dérive, notamment celle de ne pas se faire vacciner à double/triple dose. En quête d'une durable embolie communautaire, ces mêmes Etats font désormais des non-vaccinés les parias dans leur environnement. Pire, ou mieux (c’est selon), la vaccination à deux et trois doses ne semble plus suffisante pour protéger durablement contre ce virus. Il est même des scientifiques, suivis aux pas feutrés par des politiques de haut rang, qui sont allés jusqu’à affirmer qu’il serait désormais nécessaire de faire des rappels de vaccin régulièrement jusqu’à l’infini covidien.


Pour quel objectif est orchestrée toute cette armada vaccinale ? L'immunité collective a-t-on claironné. Mais voilà, point d'immunité, pire - ou mieux, c'est selon -, celle-ci est réduite en peau de chagrin, comme le signifie le PDG de BioNtech, qui affirme que même ''les triples vaccinés sont susceptibles de transférer le virus''(1) aux autres. D'un autre côté, la récente recherche médicale sur l'efficacité des vaccins a abouti à la conclusion que la plupart de ceux-ci ne résistent pas à la marche contaminante d'Omicron. (2) Par ailleurs et sur le même chapitre, Moderna a déclaré que les tests réalisés par son laboratoire (sur la pleine efficacité du vaccin) ne capturent pas toute la gamme de la réponse immunitaire du corps contre le virus. Ces résultats sont communiqués au moment où Omicron progresse rapidement à travers le monde, la plupart des vaccins contre les coronavirus étant incapables d'éviter l'infection par cette variante hautement contagieuse.


En effet, depuis ce 19 décembre 2021, il serait évident qu’aucun vaccin ne soit assez efficace pour protéger contre Omicron, ce nouveau variant qui part en bataille rangée contre le monde, voire en conquérant sans adversaires. La dernière recherche médicale en l'espèce affirme qu'en dehors de deux vaccins, Moderna et Pfizer (qui prodigueraient une certaine protection), tous les autres vaccins sont à somme nulle face à la propagation de ce nouveau variant. Par ailleurs, ce qui est plus alarmant - pour les randonneurs contre la liberté de choix et d'action - aucun vaccin n'est efficace à plein contre le Covid.


Si cette nouvelle, si on peut appeler cette aporie comme tel, se vérifie - et il n'y a aucune raison scientifiquement irréfutable qui s'y oppose -, il serait plus que temps que les politiques qui s'agitent en interdits et autres obligations fassent preuve de modestie dans leurs déclarations et professions de foi. Car, s'égosiller à faire croire que le vaccin est la seule antidote contre la contamination est on ne peut plus fragile argument opposable à tous. De ce fait et par conséquent, en l'état actuel de la recherche scientifique et médicale, il n'y a aucune vérité qui ne puisse être sujet à doute, voire à réfutation par la raison.


En tout état de cause, l'inefficacité déclarée de la plupart des vaccins à lutter contre le Covid-19 remet en cause toute la panoplie administrative faisant de la vaccination le canal prioritaire - entendre l'unique moyen - de lutte contre ce fléau. Il serait plus admissible que l'on mette l'accent, de manière parallèle et adjacente plutôt, sur le respect des gestes barrières en même temps que la vaccination, le premier pouvant être peut-être plus efficace que la seconde. Car, on l'a vu et dûment observé, les personnes vaccinées semblent se laisser aller à la nonchalance et à la perte généralisée de la ''bonne et pratiqu'' recette : masque, lavage des mains, respect de la distance appropriée et, surtout, ne pas s'exposer inutilement aux foyers favorables à la contamination.


Mais est-ce là des réflexes vivables et durables à terme et à court et moyens termes ?


Najib BENSBIA - 17 déc 2021