Formes biologiques sauvages

FOCUS
L 'info autrement...

Interdire l’utilisation politique de la religion

Le Maroc a abrité, les 11 et 12 mai dernier à Rabat, une Conférence internationale sur la « Protection des droits de l’Homme contre toutes les formes d’extrémisme ». Des parlementaires, des religieux, des représentants des associations de la société civile de pays des cinq continents ont ainsi débattu des normes internationales devant interdire la manipulation politique de la religion et la nécessité d’adopter un Traité international normalisant cette interdiction.



Il est un euphémisme de dire que l'utilisation politique de la religion a eu une influence corrosive tout au long de l'histoire humaine. Cette intrusion continue de déclencher et d'entretenir les conflits mondiaux les plus insolubles. Par ailleurs, la plupart des pires abus sont perpétrés au nom de la religion.


BPUR - L'initiative visant à mettre en œuvre et faire adopter international interdisant l'utilisation politique de la religion a été lancée après un soutien massif à un article du fondateur Salam Sarhan, publié dans The Independent le 31 janvier 2019, soulignant pourquoi la communauté internationale a désespérément besoin d'un tel traité pour faire face aux conflits actuels et futurs.


BPUR International est une campagne mondiale visant à promulguer un « Traité international visant à interdire l'utilisation politique de la religion », qui serait une base cruciale pour désarmer l'extrémisme et éliminer le mélange abusif de la religion et de la politique dans le monde entier.


Cette mission de rétablissement de la paix a entrainé un soutien officiel et législatif phénoménal dans plus de 60 pays, en particulier au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie du Sud, où elle est surtout nécessaire en raison de l'approche unique et prévenante pour mettre fin au cycle des conflits religieux.


BPUR a des engagements avancés dans de nombreux pays avec de grands groupes de législateurs, notamment au Maroc, au Royaume-Uni, au Bangladesh, en Autriche, en Italie et au Pakistan qui ont déjà appelé leurs gouvernements à adopter l'initiative sur la scène internationale. dans ce cadre, une conférence internationale été tenue à Rabat les 11 et 12 mai 2022, parrainée par le Conseil national marocain des droits de l'Homme . Les participants représentent plus d'une centaine de législateurs, de fonctionnaires et de chefs religieux, venus pour coordonner les efforts internationaux visant à déposer le projet de traité aux Nations Unies. La conférence devait aboutir à l'adoption d'approbations majeures et d'une « déclaration de Rabat » historique.


L'initiative BPUR bénéficie également de différents niveaux de soutien dans plus de 50 autres pays, dont l'Afrique du Sud, l'Irak, l'Égypte, Oman, le Vatican, la RDC, les Émirats arabes unis, le Ghana, les États-Unis, le Nigeria, l'Allemagne, la Tunisie, le Canada, le Burkina Faso, le Koweït, la France. , la Suisse, la Norvège, la Belgique, le Soudan du Sud et l'Équateur un soutien croissant au Parlement européen et dans de nombreuses organisations mondiales.


Le traité proposé , rédigé par des hauts fonctionnaires, des législateurs et des experts de haut niveau des Nations Unies, représente une nouvelle approche pour introduire des règles internationales claires, simples et indiscutables pour interdire toutes les utilisations politiques de la religion qui portent atteinte à l'égalité humaine ; toute discrimination religieuse dans les droits et les devoirs ; toute exclusion religieuse ; et toutes les restrictions à la liberté de religion et de conviction.


Ces règles simples de justice fondamentale s'appliqueraient intégralement à toutes les violations et contourneraient tout conflit avec les croyances religieuses profondément ancrées des peuples. Cette approche non conflictuelle, qui est fondée sur le plus grand respect de toutes les religions, créerait un consensus mondial unique pour aider la Communauté internationale à faire face aux conflits actuels et futurs.


(…) Cette initiative est radicalement différente de toutes les tentatives précédente, en cela qu'elle s'élève contre le mélange abusif et manipulateur de la religion et de la politique, amalgame source de division et de confrontation et qui a souvent causé plus de tort que de bien et n'a jamais réussi à construire un consensus mondial.


Le traité proposé aura un impact considérable sur la vie de milliards de personnes et servirait tous les objectifs humanitaires internationaux, en éliminant les causes profondes de nombreux conflits insolubles et d'une longue liste de violations des droits de l'homme. Cela renforcerait par la suite la stabilité et ouvrirait les portes du développement durable. Cela aiderait également à résoudre d'autres problèmes socio-économiques à l'échelle mondiale, y compris dans tous les pays développés, en atténuant la tension mondiale, l'immigration massive et en améliorant l'intégration sociale des minorités religieuses dans tous les pays.


BPUR International vise à amener autant de gouvernements de différentes régions à coparrainer la présentation de cette initiative à l'Assemblée générale des Nations Unies pour promulguer un traité international qui contribuerait à rendre le monde plus tolérant, plus juste et plus pacifique.


-----

Photo : Wix médiathèque