Formes biologiques sauvages

FOCUS
L 'info autrement...

L'alternance électorale, un bienfait pour le renouvellement

Dernière mise à jour : 16 juil.

L’alternance électorale, c’est-à-dire la victoire d’un candidat de l’opposition face au camp sortant, est un phénomène paradoxal. Si elle ne se produit jamais, un pays ne peut prétendre être une vraie démocratie ; quand elle se produit à chaque élection, ce même pays peut être vu comme impossible à gouverner.



Synthèse Sciences Humaines* & NEBER** - Dans la plupart des élections nationales en effet, les électeurs sont confrontés à un choix clé entre la continuité et le changement. Les roulements électoraux se produisent lorsque le candidat ou le parti sortant ne parvient pas à être réélu. Pour comprendre comment les rotations affectent les résultats nationaux, nous étudions l'univers des élections présidentielles et parlementaires tenues depuis 1945. Nous documentons la prévalence des rotations au fil du temps et nous estimons leurs effets sur la performance économique, le commerce, le développement humain, les conflits et la démocratie.


À l'aide d'un modèle de discontinuité de régression d'élections rapprochées (RDD) à travers les pays, nous montrons que les chiffres d'affaires améliorent la performance des pays. Ces effets ne sont pas motivés par des différences dans les caractéristiques des challengers, ou par le fait que les challengers augmentent systématiquement le niveau d'intervention de l'État dans l'économie. L'élection de nouveaux dirigeants conduit à davantage de changements politiques, améliore la gouvernance et réduit la perception de la corruption, conformément à l'attente selon laquelle les dirigeants récemment élus déploient plus d'efforts en raison de problèmes de réputation plus importants.


Pour évaluer son impact réel, trois économistes français, Benjamin Marx (IEP-Paris), Vincent Pons (Harvard Business School) et Vincent Rollet (MIT), ont collecté les résultats de 2 500 présidentielles et législatives tenues dans le monde depuis 1945, ainsi que les performances économiques, sociales et démocratiques des plus de 200 pays concernés. L’alternance se traduit dans les années qui suivent par un effet positif sur au moins deux des trois grands critères de performance économique : l’inflation et le chômage, avec également un impact positif mais moins significatif sur la croissance. Elle a aussi des effets positifs sur la performance démocratique du régime.


L’effet est encore plus marqué quand le nouvel exécutif dispose de pouvoirs forts, quand les mécanismes de contrôle de son action sont plus faibles ou quand il est peu exposé à la mondialisation.


Quel que soit l’âge, ou les caractéristiques idéologiques des nouveaux dirigeants, les trois économistes repèrent des variations, à la hausse ou à la baisse, du niveau de dépenses publiques, de pression fiscale et de dette. Ils constatent également qu’après une alternance, la capacité du gouvernement à rendre des comptes s’accroît et le degré de corruption diminue, d’où l’hypothèse plus générale que l’usure du pouvoir existe bel et bien, émoussant la capacité d’un camp dominant pendant plusieurs mandats à imposer ses politiques. Pour eux, « voter en faveur du changement a de réelles conséquences », ce qui constitue une raison « d’être prudemment optimiste quant aux perspectives de la démocratie électorale ».


____

*) Jean-Marie Pottier I Sciences Humaines, in « Electoral turnovers » de Benjamin Marx, Vincent Pons et Vincent Rollet, working paper du National Bureau of Economic Research (États-Unis), février 2022.

**) National Bureau Of Economic Researsh