Formes biologiques sauvages

FOCUS
L 'info autrement...

Les sanctions à l’encontre de la Russie ne ‘’fonctionnent’’ pas…

Le président Biden a fait dernièrement deux grands aveux à propos des sanctions économiques imposées par les États-Unis à la Russie. Le premier est que les sanctions entraîneront des pénuries alimentaires pour de nombreux pays autres que la Russie, et que c’est simplement le prix que les Américains doivent payer. Le deuxième est que les sanctions n’ont pas permis de changer la politique de Moscou et qu’elles ne dissuadent jamais le régime visé. Le fait que la Maison Blanche ait été contrainte de changer sa version des faits a mis rapidement en évidence l’échec des sanctions à atteindre leurs objectifs.


Wix photo


Par Ryan McMaken.I Contrepoints(*)


Dans un article publié mardi 30 mars, Contrepoints a affirmé que Biden a utilement expliqué cette semaine non seulement que les sanctions n’ont pas réellement dissuadé Moscou, mais aussi que les Américains devraient payer plus cher leur nourriture afin de maintenir des sanctions qui ne fonctionnent pas. Ces aveux interviennent après les affirmations répétées de la Maison Blanche et des partisans de Biden selon lesquelles les sanctions dissuaderaient la Russie de mener ou de maintenir l’invasion de l’Ukraine.


De plus, la Maison Blanche a minimisé à plusieurs reprises l’effet qu’elles auraient sur le coût de la vie pour les ménages américains. Bien entendu, le fait que les sanctions puissent avoir un effet dévastateur sur les pays pauvres est ignoré. Ainsi, le Président américain a clarifié sa position en disant que « les sanctions ne fonctionnent pas, et elles vous appauvriront. Mais nous devons quand même les maintenir ».

Qu’a dit exactement Biden sur le coût des sanctions ?

Après avoir participé à une réunion des dirigeants du G7 et de l’OTAN jeudi, M. Biden a déclaré que les pénuries alimentaires « vont être réelles ». Il a ensuite ajouté : « Le prix de ces sanctions n’est pas seulement imposé à la Russie, il est imposé à un très grand nombre de pays, y compris les pays européens et notre pays également. »

Bien entendu, ces coûts ne se limitent pas aux denrées alimentaires, mais s’étendent au prix de l’énergie et à ceux de nombreux autres biens. Les prix du pétrole restent proches de leur niveau le plus élevé depuis dix ans.


Il est remarquable que M. Biden admette que les sanctions elles-mêmes sont un facteur clé des pénuries à venir. D’un autre côté, leurs partisans ont l’habitude de prétendre que seule l’invasion russe a réduit les disponibilités alimentaires. Oui, l’invasion a naturellement réduit la production alimentaire en Ukraine, mais il est clair que les sanctions dirigées par les États-Unis diminueront les disponibilités alimentaires pour des dizaines de pays africains, dont beaucoup sont fortement dépendants des céréales russes.


Heureusement pour les Américains, l’Amérique du Nord est une région exportatrice de denrées alimentaires, et les États-Unis en sont un exportateur net, même si les Américains consomment davantage de calories que tout autre pays. En d’autres termes, leur régime alimentaire est très loin du niveau de subsistance. L’obésité, et non la malnutrition, est à l’ordre du jour en Amérique. Mais le coût de la vie n’en sera pas moins affecté négativement. Nous devons nous attendre à ce que les prix des denrées alimentaires augmentent au-delà de ce que nous aurions pu attendre en raison de la politique inflationniste des banques centrales, qui a entraîné une hausse générale des prix de près de 8 % avant l’invasion de l’Ukraine.


En effet, même si les Américains sont exportateurs de denrées alimentaires, les sanctions feront encore grimper les prix mondiaux des produits alimentaires de base et de nombreux partenaires commerciaux devront consacrer une plus grande partie de leurs ressources à l’acquisition de nourriture. Cela signifie une diminution de la productivité et des investissements des partenaires commerciaux dans les biens que les Américains achètent. En retour, cela signifie une baisse de l’offre et une hausse des prix pour les consommateurs américains.

Si les sanctions ne fonctionnent pas, pourquoi s’en préoccuper ?

L’aveu de M. Biden selon lequel les sanctions ne sont jamais dissuasives contredit des semaines de déclarations de responsables de la Maison Blanche qui ont insisté sur le fait qu’elles forceraient la Russie à quitter l’Ukraine. Par exemple, Kamala Harris a affirmé que « l’effet dissuasif de ces sanctions est toujours significatif » et le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Daleep Singh, a déclaré que « les sanctions ne sont pas une fin en soi. Elles servent un objectif plus élevé. Et cet objectif est de dissuader et de prévenir ».

En outre, en février, le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré : « Le président pense que les sanctions sont destinées à dissuader… et pour qu’elles fonctionnent, pour qu’elles soient dissuasives, elles doivent être mises en place de telle sorte que si Poutine bouge, alors les coûts sont imposés. »


Le fait que la Maison Blanche a été contrainte de changer sa version des faits a rapidement mis en évidence l’échec des sanctions à atteindre leurs objectifs. Dans un effort pour expliquer cet échec, Biden a ensuite affirmé dans une réponse décousue qu’il n’avait jamais dit qu’elles dissuadaient quoi que ce soit : « Mettons les choses au clair. Si vous vous souvenez, si vous m’avez suivi depuis le début, je n’ai pas dit qu’en fait les sanctions le dissuaderaient. Les sanctions ne dissuadent jamais. Vous n’arrêtez pas de parler de ça… Les sanctions ne dissuadent jamais. Le maintien des sanctions. Le maintien des sanctions. L’augmentation de la douleur, et c’est pour cela que j’ai demandé cette réunion de l’OTAN aujourd’hui, c’est pour être sûr qu’après un mois, nous allons maintenir ce que nous faisons, pas seulement le mois suivant, mais pour le reste de l’année. C’est ce qui l’arrêtera. »


Ainsi, la nouvelle ligne de conduite du parti est que les sanctions n’ont en rien dissuadé la Russie, mais qu’elles causeront un jour suffisamment de douleur pour la contraindre à quitter l’Ukraine. Ce n’est qu’un vœu pieux de plus de la part de la Maison Blanche, et le bilan catastrophique des sanctions économiques le montre clairement.


Comme nous l’avons noté au Mises Institute, les sanctions ont un bilan terriblement négatif et n’atteignent pas les objectifs déclarés de contraindre les changements de politique des régimes ciblés. Cela s’explique par le fait que ceux-ci ont tendance à les contourner au lieu de se conformer aux États qui les sanctionnent. En d’autres termes, le nationalisme est plus puissant que les difficultés économiques imposées aux États visés. Le deuxième obstacle au succès est le suivant : si les États-Unis veulent imposer des sanctions réellement efficaces, ils devront obtenir la coopération quasi universelle des autres États. Sans cela, les autres États fourniront de multiples bouées de sauvetage au régime visé.


Dans le cas de la Russie, nous l’avons déjà constaté à plusieurs reprises : l’Allemagne a refusé de couper les exportations énergétiques russes. Les législateurs mexi