Formes biologiques sauvages

FOCUS
L 'info autrement...

Pouvoir et religion au Maroc

Dernière mise à jour : 14 juil.

Questionnant le phénomène contemporain d'instrumentalisation de la religion, « Pouvoir et religion au Maroc » est un ouvrage paru en décembre 2021 où l'auteur, Hassan Aourid*, fait notamment un focus sur l'ambiguïté du rapport à la modernité dans le monde arabe, et plus particulièrement au Maroc, en s’interrogeant sur le fait de se dire moderne tout en se reniant dans le même espace/temps par des actes qui s'entrechoquent, à la fois imbibés de religiosité et ne s'en accommodant nullement ou, du moins, péniblement.


L'ouvrage embrasse plusieurs problématiques qui orchestrent la vie dans le monde arabe du fait de son islamité et la tendance à se dédoubler, de manière quasi schizophrénique (le qualificatif est de nous, pas de l'auteur de l'ouvrage). Car, en voulant être moderne et musulman, le citoyen en vient à s'auto-télescoper, ce qui crée une ambiguïté indépassable et rend complexe le rapport de la société à son devenir. Cette ambiguïté a trait, de manière générale, aux rapports du musulman à son mode de vie tourné vers la propension à puiser, d'un côté, de la modernité son modèle de consommation et, d'un autre côté, de ses croyances tirées de sa foi qui en enveloppe toutes les particules, conscientes et subconscientes, son mode de faire et de vivre.


L’essai pointe ainsi et dans la foulée la récupération qui est faite des dérives morales et l'omnipotence du consumérisme pour expliquer le « recours à la tradition et à l'éthique par les partis à référence islamique ».


L’instrumentalisation de la religion cache, en effet, un phénomène plus complexe qu’il n’apparaît de prime abord et qui est peut-être le fond du problème : le rapport ambigu à la modernité. Comment peut-on être moderne sans se renier ? Les premières expressions laïques de la modernité mises en avant dans le monde arabe, avec le socialisme et le panarabisme, avaient échoué. Car, malgré les subterfuges et les expédients, ce qui est en jeu dans le recours à la religion, c’est à la fois la modernisation de l’État et de la société, sans pousser à ses retranchements ni l’un ni l’autre.



La relation des partis politiques à la société est des plus emblématiques. Paradoxalement, les partis à référence islamique deviennent, au final, des acteurs racontant l’histoire de l'émergence du religieux de la sphère publique. Le recours à la tradition sublimée n’est qu’un subterfuge. Dans cet environnement, le recours à un référentiel éthique s’explique par la dérive morale, l’omnipotence du consumérisme, l’argent érigé en valeur, la mainmise du capital dans toutes les sphères et l’arrogance des détenteurs du pouvoir. Nous assistons à une sécularisation de la société et à une modernisation du champ politique. Ce tournant a besoin de baliseurs qui ne se contentent pas d’expliquer le monde, le leur, mais œuvrent à le changer. C’est le grand dessein qui anime ce modeste travail.


Hassan Aourid a été historiographe du royaume et porte-parole du Palais. Ancien acteur et proche des arcanes du pouvoir et du centre où se prennent les vraies et grandes décisions, l’auteur jette dans cet essai un regard averti et ayant côtoyé de très près le statut royal et le Commandeur des croyants.


Le titre de cette publication évoque un autre essai publié en 1995 aux éditions Médias Stratégie, ''Pouvoir et politique au Maroc'', de Najib Bensbia. Cet essai analyse le rapport du pouvoir aux acteurs directs et indirects qui s'activent sur la scène politique et tournent autour d'un centre de pouvoir qui se situe en dehors de leur portée. Dans cette interaction à sens unique, la religion interagit comme instrument de domination de masse. Cette domination s'articule surtout en tant que vecteur de stratification des différents sous-pouvoirs et leur enchainement à l'ancre du pouvoir central, le roi de par son double statut de Chef de l'Etat et d'Amir al mouminine (Commandeur des croyants), tout en biaisant la relation des partis politiques à la société et à la prise de décision de dernière instance.


Synthèse de présentation : Focus, Éditions La Croisée des Chemins et Mollat


*) Hassan Aourid, ''Pouvoir et religion au Maroc'', Essai, Éditions La Croisée des Chemins, déc 2021.

Posts récents

Voir tout