I N T E R M E Z Z O

Livres à vivre ...

Il est des moments transfuges où tout s’entremêle, comme le foin. Ces instants sont le reflet du temps. Ils passent en laissant des traces…

Les idées font marcher le monde. Elles inspirent ce qui édifie ou déconstruit les sociétés et constituent, de ce fait, le moteur de l’Histoire. La pensée ne nait pas du néant. Elle est création et transformation en continuel mouvement.

 

La création forge ainsi l’évolution, en essayant d’oblitérer le regard obscur qui ponctue ce qu’il y a de malsain et, donc, de destructeur dans l’autre versant de l’humanité. De l’une à l’autre de ces visions de la vie, les sociétés avancent ou se flagellent en permanence.

 

A l’infini. Penser le monde sous la pandémie est notre quotidien. L’interpeller par-delà les contingences est plus porteur, parce que cela nous éloigne de cette chimère dite  »Le temps d’après» !

NB

PUBLICATION THEMATIQUE
Guerre totale couv.png

Les idées font marcher le monde. Elles inspirent ce qui édifie
ou déconstruit les sociétés et constituent, de ce fait,
le moteur de l’Histoire. La pensée ne nait pas du néant.
Elle est création et transformation en continuel mouvement. 

Martin-pêcheur

Trois ouvrages collectifs ont été publiés par les éditions ORION en temps de Covid.

Le premier ouvrage, '' Maroc: de quoi avons-nous peur ? "  a donné la parole à des sensibilités multiples et diverses, marocaines et d'un peu partout de par le monde, pour décrire leur ressenti face à cette pandémie qui a harcelé notre tranquillité et brutalisé frontalement nos certitudes..

Le deuxième a veillé à interpeller des ''experts'' de diverses disciplines pour qu'ils prospectent leurs univers pluriels et interrogent leur appréhensions face à l'imprévu, l'imprévisible.

Le troisième, qui est la traduction anglaise du deuxième ouvrage, s'est voulu concentré sur les questions fondamentales par temps de pandémie.

La création forge l’évolution, en essayant d’oblitérer le regard obscur qui ponctue ce qu’il y a de malsain et, donc, de destructeur dans l’autre versant de l’humanité.
De l’une à l’autre de ces visions de la vie, les sociétés avancent ou se flagellent en permanence. A l’infini.

Martin-pêcheur